Une Envie d’Ailleurs

Des fois j’en ai marre d’Ici. Pas d’un Ici en particulier, Ici peut aussi être Là-Bas pour peu qu’on y soit trop resté.

Ici pour certains c’est chez soi et pour d’autres juste un poids.

Donc moi, en ce moment, j’ai envie d’Ailleurs. A noter que je ne suis pas regardante : ailleurs n’est pas forcément loin, on n’y parle pas forcément une autre langue.

Ailleurs c’est juste pas Là. Ailleurs je le veux bien tout près tant que je me sens dépaysée.

Ailleurs c’est un endroit où tu ne connais pas encore tous les raccourcis, où tu n’as pas de bar favori.

Ailleurs c’est de la découverte, une prise de risque. C’est un exercice pour garder l’esprit en alerte et apprécier les petites choses que l’habitude confisque.

Il y a ceux qui font collection de nouveaux horizons, à croire que tout lâcher ne leur fait pas peur… On les appelle les globe-trotteurs.

Et puis il y a les gens lambdas, les vous et les moi. Accrochés à leur leur toit, à leur quartier et leur emploi.

Alors comment concilier tout ça ? Entre ceux qui ont leur maison sur le dos et ceux qui l’ont dans la peau, comment gérer l’envie de changer quand on a la trouille de bouger ?

Moi tout ce que j’aime me retiens sur place, c’est peut-être pour ça que je rêve devant mon atlas.

Peut-être qu’avoir envie d’Ailleurs, c’est juste histoire de se tester. Que se demander si on pourrait tout plaquer , c’est savoir si on est sûr de vouloir rester.

Alors mon Ailleurs, je le cherche à l’Intérieur et croyez-moi, des fois ça fait quand même un peu peur.