4 conseils pour choisir les couleurs de son Mariage… avec humour

Si tu viens d’entrer dans le monde merveilleux de la future mariée, tu crois peut-être que tu es en train d’organiser une énorme fête de famille. Genre les 60 ans de Tata Roberte avec les mêmes protagonistes mais en plus classe.

Que nenni ma bonne demoiselle ! Le mariage 2017 ou 2018 (en 2016, j’sais pas j’étais pas fiancée et en 2019… sérieux, j’ai une tête de voyante ou quoi ?) c’est une entreprise. 

Après suivant ton budget et tes envies tu vas créer une TPE ou une multinationale, c’est toi qui vois. Mais les mariages d’aujourd’hui ils ont un code couleur, une charte graphique et même… un logo !

Ouais, à croire que sans le logo et tout le tralala tes invités ils risqueraient de ne pas se rendre compte si jamais ils se plantaient de mariage.
-« Dieu du Ciel Rosamund, nous ne sommes pas à la bonne réception, vous voyez bien que la décoration est fushia et non pas anis avec un logo filigrané comme sur les faire parts ! » (Perso, les seules fois où je me fie aux couleurs de l’emballage c’est pour être sûre de ne pas acheter du Coca SANS caféine) (franchement SANS caféine, le Coca c’est dégueu )

Donc autant te dire que le choix de tes couleurs, petite bride-to-be, il ne va falloir le foirer sous peine de te retrouver avec un mariage carrément pas compétitif sur le marché et jamais côté au CAC40 (comment ça, je pousse la comparaison un peu loin ?!?!)

Et crois moi, dit comme ça tu trouves peut-être tout ça ridicule (moi aussi je disais ça) mais à force de parcourir Pinterest et la weddingsphere tu VAS avoir envie de tout ça. Sauf si tu as une force de caractère à toute épreuve mais du coup tu n’es pas moi parce que moi, maintenant, je veux même un logo (et le Fiancé Grognon me prends pour une dingue).

Bref les couleurs de ton mariage c’est la base de TOUT. Non mais sérieux, à côté de ça ton futur mari, l’amour et l’engagement à vie c’est carrément anecdotique.

Et du coup la fameuse palette de couleurs de ton mariage-plus-beau-jour-de-ta-vie, comment tu la choisis ?

1/  Les Tendances du Moment tu étudieras

Bon je ne vais pas t’expliquer que Pinterest existe. Non parce que si tu es une future mariée et que tu ne le sais pas, tu as dû tomber dans une faille spacio-temporelle (et puis tu me fais peur, un peu). Tu vas donc sur Pinterest et tu tapes « wedding colors » ou « palette couleurs mariage ». Tu vas tomber sur ce type d’images :

mariage bordeau automne               mariage greenery

Et surtout tu remarqueras que les mêmes couleurs ressortent souvent. Bien sûr tu n’es pas obligée de suivre la tendance mais au moins tu sauras où te situer. Genre tu sauras que si tu rêves d’un mariage chocolat / turquoise ou chocolat / anis, tu es restée bloquée dans les années 90. Ce qui n’a rien de mal hein, c’est juste que risque de galérer à trouver des éléments de déco. Parce que ça sert à ça aussi d’étudier la tendance : évaluer la faisabilité du truc. En ce moment sortie du corail, du mint, de la toile de jute et de la dentelle, le choix est très vite limité….

2/ Que tu ne te marie Pas Seule tu te souviendras

Si ton rêve c’est un mariage sur le thème des licornes en fushia et argent, OK je respecte (mais ne m’invite pas, je risque de me marrer) (oui je suis une peste). Par contre essaie de demander à ton futur ce qu’il en pense. Ne lui demande pas s’il trouve ça joli : il te dira probablement oui pour que tu lui lâches la grappe. Ou parce qu’il se fout complètement de la couleur des serviettes. Par contre demande lui s’il se sentira à l’aise face à ses potes dans ce style de décor. Et là, normalement, tu devrais faire une croix sur le combo rose bonbon + animaux merveilleux + paillettes ou alors ton mec c’est Ken (….. je suis en train de me demander si le mariage thème Barbie ça existe)

3/ La Tête tu ne te prendras pas

Avoir des couleurs de mariage est sensé t’aider à mettre en place ta déco plus facilement, à te donner un fil conducteur. Mais fais gaffe petite bridawan (ou bride padawan si tu préfères) car le danger te guette. La limite est fine entre rester dans sa palette couleur et avoir l’obsession de la BONNE couleur. Si tes couleurs sont le framboise-écrasée-mais-pas-trop-mûre et le vert ni pomme / ni sapin / ni anis… beh ta vie va être dure durant les préparatifs. Clairement. Et les vendeurs des magasins de déco vont te haïr.

4/ Au bien-fondé du Dresscode tu réfléchiras

Bon, là je ne vais pas t’en faire des caisses. OK tu es shootée à la blogosphère mariage et aux comédies romantiques américaines mais…. Crois-tu vraiment qu’il soit judicieux d’assortir tes invités à tes nappes et à ton faire-part ? Le seul conseil que j’aurais à te donner c’est d’en discuter avec tes témoins et ton entourage pour sonder leur enthousiasme à ce sujet. Et si tes couleurs dominantes c’est le violet électrique et le jaune citron… Bah apprends à gérer la dception.

Et vous, les couleurs de votre mariage, vous les avez choisi comment ?

Publicités

Et Prendre le Temps de Digérer

Non malgré le titre on ne va pas échanger autour de mon transit intestinal. Quoiqu’il y aurait bien des choses à en dire (et oui, les fibres sont mes amis pour la vie).

Je n’ai pas écrit cette semaine. J’ai pourtant trois articles déjà rédigés, bien au chaud dans mon petit cahier bleu. Mais ce sont des articles légers, dedans il y a de l’humour (en tout cas moi je me fais marrer… mais j’admets être bon public), de la dérision et du second degré… Et cette semaine je ne suis ni légère (ça, ma balance me le dit tous les jours) ni rigolote.

Cette semaine j’accuse le coup. J’ai ouvert mon dossier d’abandon qui s’est avéré être bien rempli finalement. J’ai trouvé une partie de ma mère : son prénom, son âge. J’ai appris que j’ai des frères et sœurs (de très nombreux frères et sœurs…) J’ai appris le prénom que j’avais reçu à la naissance (par contre je ne sais pas si c’est elle qui me l’avait donné).

J’ai clôturé 32 ans  de doutes et de spéculations. L’histoire qui se profile dans le dossier n’est pas bien belle, on est loin du conte de fée de la princesse élevée loin du royaume de ses parents.

Alors je digère, je fais le tri, j’essaie de gérer mes émotions. Je pensais avoir le sentiment de me trouver mais finalement…. Et beh non. Je suis toujours la même, je n’ai pas eu de révélations sur mon moi profond.

Je suis la même boule d’insécurité et de sensibilité.

Je ne comprends pas encore ce que cette démarche m’a apporté. Peut-être un certain soulagement…. Un soulagement à double vitesse alors parce que je ne le ressens pas encore.

Je vais finir de digérer tranquillement. Et la semaine prochaine je vais recommencer à écrire des articles légers. Parce que c’est ce que j’aime faire.

……. Par contre dans ce dossier j’ai appris une nouvelle difficile : 1m50 pour 80kg, ma mère biologique m’a visiblement légué le syndrome du gros cul…. Au moins j’ai compris pourquoi je suis au régime depuis 10 ans. D’ailleurs c’est marrant mais j’avais un article déjà prêt sur le sujet. Les coïncidences hein…

Née sous X : ouvrir la Boite de Pandore

Demain je vais ouvrir mon Dossier. Il mérite cette majuscule : c’est MON dossier, le dossier de ma vie. 32 ans qu’il m’attend, si le papier pouvait parler je pense qu’il serait content de me voir arriver.

Je suis née sous X et dans ce dossier il y a… Et beh je ne sais pas. C’est ça toute la difficulté de la chose. Prendre la décision de se préparer à tout, ne pas savoir sur quoi on va tomber.

Je n’ose pas espérer quelque chose mais je me dis quand même qu’un dossier vide ce serait décevant. Décevant et curieusement rassurant. Au moins il ne changerait rien à ma vie.

Parce qu’ouvrir le dossier c’est prendre le risque de t’y trouver toi. Ton nom, une lettre… Toi qui, il y a bientôt 32 ans, a décidé d’abandonner ton bébé. Je ne suis pas sûre de t’espérer, faut dire que je ne sais pas bien où je pourrais te ranger dans ma vie. Et puis 32 ans de temps perdu je ne sais pas comment ça peut se rattraper.

Tu es ma grande absente, je me suis construite autour du vide de toi. Si je trouve est-ce que je me trouve aussi ? Ou est-ce que je me perds ?

Je crois que je panique un peu ce soir. Je panique tranquillement, ça ne se voit pas vraiment. C’est une anxiété au fond, l’impression que quoiqu’il se passe, quoique je trouve dans ces pages, rien ne sera jamais pareil.

S’il n’y a rien je devrais l’accepter. Ce ne sera pas comme de ne pas savoir parce que je n’ai pas osé ouvrir le Dossier. Ce sera juste qu’il n’y a rien. Un rien définitif. 

Et s’il y a… Je ne l’envisage même pas. Je ne veux pas idéaliser, me dire que je vais trouver les réponses qu’il me manque. Il y a tellement de chances que non.

Alors demain après-midi je vais respirer un grand coup et ouvrir le Dossier. Ma boîte de Pandore.